spinner

Premiers peuples


Édifiée en territoire traditionnel Anishnabe non-cédé, la Ville de Val-d’Or entretient des liens nombreux et variés avec plusieurs communautés et nations autochtones.

En effet, Val-d’Or est un important centre de service pour les communautés cries du Nord, mais aussi pour les communautés anishnabe des environs (services de santé, éducation, consommation de biens, loisirs, etc.). Qui plus est, plus de 1500 membres des Premières nations habitent Val-d’Or de façon permanente. Le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or – l’un des plus dynamiques et innovants au Canada – offre une multitude de services à ces Valdoriens et Valdoriennes d’origine autochtone, en plus de faire la promotion d’une société plus juste et exempte de discrimination raciale.

En décembre 2015, dans la foulée de la crise sociale ayant suivi la diffusion d’un reportage télévisé relatant les dénonciations par des femmes autochtones de mauvais traitements subis aux mains de policiers, la Ville de Val-d’Or a signé, aux côtés du Grand conseil des Cris et des communautés Anishnabe de Lac-Simon, Kitcisakik et Pikogan, la Déclaration de Val-d’Or, une affirmation de la volonté des signataires de contribuer ensemble à l’harmonie entre les peuples et aux échanges sociaux, culturels et économiques mutuellement bénéfiques.

Par ailleurs, en juin 2017, le conseil municipal a voté une résolution affirmant son adhésion à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. La Ville de Val-d’Or entend continuer à travailler au rapprochement entre les peuples, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses frontières.

30 septembre : Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation vise à « rendre hommage aux enfants disparus et aux survivants des pensionnats, leurs familles et leurs communautés. La commémoration publique de l’histoire tragique et douloureuse des pensionnats et de leurs séquelles durables est un élément essentiel du processus de réconciliation. » (Source)

Depuis de nombreuses années, Val-d'Or est le théâtre d'échanges entre les Peuples et les Nations. Si ces relations ont parfois été tendues, elles sont aujourd'hui de plus en plus cordiales et enrichissantes pour tous et toutes. Mais il reste encore du chemin à parcourir. Cette journée est l'occasion de prendre un temps d'arrêt pour tenter de mieux nous comprendre, et réfléchir aux moyens de bâtir l'avenir ensemble.

Bien que les découvertes récentes de corps d'enfants aux abords de pensionnats ont été réalisées dans l'ouest du Canada, le Québec n'a pas été épargné par ce qu'il est convenu d'appeler « une tentative de génocide culturel ».

La Ville de Val-d’Or s’engage à poursuivre le dialogue sur la réconciliation, et à poser des gestes concrets pour le rapprochement entre les peuples. Ensemble, multiplions les véritables et sincères alliances entre nos communautés. Que cette journée soit l’occasion pour chacun et chacune d’entre nous de réfléchir et de nous informer sur l'histoire et les séquelles des pensionnats autochtones. - Pierre Corbeil, maire de Val-d'Or

Ces quelques vidéos présentent un point de vue québécois sur le traumatisme transgénérationnel causé par les pensionnats.

  • COMME DES POMMES, de Caroline Lemire, Rosalie Chartier-Lacombe et Isabelle Frelas (2000)

Court métrage réalisé par trois étudiantes du Cegep de l'AT à une époque où trop de gens avaient oublié le pensionnat de St-Marc...

https://vimeo.com/471137606 

  • ABINODJIC MADJINAKINI (L'AMENDEMENT), de Kevin Papatie (2007)

Réalisé dans le cadre du Wapikoni Mobile (studio ambulant de création audio-visuelle), ce film projeté en première partie de l'Âge des ténèbres de Denys Arcand dans plus de 85 salles explique le concept de perte de culture en 4 percutantes minutes.

https://www.nfb.ca/film/amendement/ 

  • ENTREVUE DE RICHARD KISTABISH, Téléjournal de Radio-Canada (1er juin 2021)

Céline Galipeau s'entretient avec Richard Ejinagosi Kistabish, résident de Val-d'Or, ancien Grand Chef du Conseil des Anishnabek et ancien vice-président de la Fondation de la guérison et ancien président de la Fondation de l'Espoir, dont la mission était de faire connaître l'héritage des pensionnats au Canada.

https://ici.radio-canada.ca/tele/le-telejournal-avec-celine-galipeau/site/segments/reportage/357734/pensionnats-autochtones-gouvernement-canada 

Coordonnées

Paul-Antoine Martel, conseiller en relations avec les milieux

Courriel : paul-antoine.martel@ville.valdor.qc.ca

Téléphone : 819-824-9613 poste 2247

Liens utiles

Communautés culturelles

En savoir plus

Présence Autochtone

En savoir plus